Recherche
 
>Compte rendu de la réunion des Délégués du SCAR

Le SCAR vient de terminer la réunion de ses Délégués à la quelle Catherine Ritz et Yan Ropert Coudert ont participé pour la France. Ils en donnent un bref compte-rendu.

La réunion des délégués au SCAR, initialement prévue en 2020, à Hobart a été reportée en mars 2021. Elle s’est tenue en distanciel sur plusieurs jours de ces deux dernières semaines. Des horaires de travail hors du commun ont dû être imposés pour certains délégués et certains avait une première réunion de 4h à 6h du matin avant d’en avoir une deuxième de 19h à 21h la même journée !

De nombreuses nouveautés ont marqué cette réunion des délégués.

  • Le SCAR a un nouveau président : le Professeur Yeadong Kim de Corée du Sud, un choix que la France portait et pour lequel nous avions voté. Le président sortant, le Proesseur Steven Chown a été chaudement félicité pour ses 4+1 années à la tête du SCAR.

  • Catherine Ritz a aussi terminé également son mandat de 2+1 années en tant que vice-présidente au portefeuille Science. Également chaleureusement applaudie, elle quitte le comité exécutif qui a vu la réélection de Jefferson Simões, Brésil, et l’arrivée de Deneb Karentz, USA, dans l’équipe dirigeante. Nos poulains (Silvano Onofri, Italie, et Bettine Jansen-van-Vuuren, Afrique du Sud) n’ont malheureusement pas été retenus...

  • Tous les rapports et toutes les demandes des différents groupes scientifiques ont été acceptés. Pour rappel, il y a désormais 3 nouveaux programmes de recherches. Les chercheurs intéressés sont vivement invités à planifier dès maintenant des programmes de recherche car la procédure prend du temps.

  • A noter : deux nouveaux groupes d’actions ont émergés dans les mois écoulés, un sur la prise en compte de l’équité et de la diversité au sein du SCAR, et RINGS, un effort international et collaboratif pour cartographier l’épaisseur de glace sur le pourtour de l’Antarctique.

  • Pour la communauté Française : Il est inquiétant de voir qu’aucun Européen n’est présent dans EXCOM. Il est capital que les personnes intéressées se positionnent dès maintenant pour occuper des positions de leadership dans le futur. Une position de vice président s’ouvrira en 2022. Il y aura aussi bientôt un turnover au niveau des positions dans le Standing Committee for the Antarctic Treaty System. Il faut que la France ait des personnes au plus haut niveau pour continuer à peser et mettre en avant les recherches conduites par les Français. Si aucun Français n’est en poste, alors l’ensemble des informations qui remonteront au SCAR seront essentiellement anglo-saxonnes. C’est une dérive naturelle puisqu’on pense mieux à propos de ce qu’on connait, et donc on en parle mieux. Le BAS est très fort pour peser dans ces instances. Il s’appuie sur une unité qui a une visibilité nationale et sur des chercheurs impliqués à de nombreux échelons dans divers groupes.

Ne pas hésiter à contacter Catherine Ritz et Yan Ropert Coudertpour discuter de ces questions.